Un projet poétique et mystérieux: utiliser les milliers de kilomètres de fils barbelés qui quadrillent l´Australie pour faire de la musique. Deux violonistes chevronnés de la scène improvisée (Jon Rose et Hollis Taylor) ont posé leurs archets sur ces barrières métalliques censées protéger les routes et les cultures des sprints de kangourous ou d´autre Dingos (pas le copain de Mickey, les chiens sauvages australiens). Le résultat oscille entre Sound Art, Free Jazz joué au violon rouillé et mélancolie fantomatique des grands espaces. Cet enregistrement est disponible chez Dynamo House dans un beau coffret avec un échantillon de fil barbelé.