Comme beaucoup de passionnés de musique mes tympans sont tombés amoureux il y a quelques années de l´electronica et des délicieux paysages sonores qu´elle crée à l´aide de silice et d´écrans à cristaux liquides. Le hic de la silice c´est qu´en live cette matière ne me fait pas rêver.

Lorsque pour la première fois j´ai vu mes électroniciens préférés derrière leur laptops en concert, j´ai d´abord été profondément déçu... par moi-même : c´était évident, j´étais devenu un monstre de cynisme ! Au lieu d´être ému par la musique, j´observais les visages rétro-éclairés des musiciens en me demandant quel était leur record personnel à tétris, et quand je voyais une pointe d´émotion apparaître sur ses mêmes visages, j´essayais d´imaginer l´e-mail de licenciement que venait de leur adresser par erreur un distrait PDG de Marks and Spencer...

Bref j´avais l´impression d´être une brute insensible au milieu d´esthètes se caressant le menton en parfaite symbiose avec l´univers sonore du concert. Heureusement, certains informaticiens plus démonstratifs que d´autres s´authorisaient bien par ci par là quelques dérapage bienvenus (vidéos, chants, déguisement, etc´), mais aucun ne semblait prêt à brûler son laptop sur scéne pour retrouver la fougue de jimi hendrix avec sa guitare ou même de michael jackson avec ses cheveux !

Enfin les white stripes et penthouse sont arrivés, boueux, electriques et sexy en diable, à leurs concerts, même plus le temps de se gratter le menton, trop d´urgence, trop de transe, impossible de stopper la danse de saint-guy. Et oui, le bonheur c´est simple comme une crise d´épilepsie chemise ouverte aromatisée à la bière. Remarquez c´est avec beaucoup de joie que j´ai vu des photos de fisherspooners, ces têtes brulées de l´électronique ont l´air de vouloir battre freddy mercury sur son propre terrain niveau outrages vestimentaires ! Alors OVAL, un petit effort, adoptez les rouflaquettes des p´tits gars de lift to experience et tout sera pardonné!